Lorsqu'on fait ce que l'on aime en étant empreint de liberté, on trace un chemin unique puisque personnel.

 

Didier Marty, saxophoniste, chanteur, guitariste et auteur - compositeur fréquente la scène depuis les années 70. Dès l'âge de 8 ans, il fréquente le conservatoire de Clermont-Fd où il étudiera la clarinette, puis le saxophone. Il monte son premier orchestre en 72 à l'âge de 15 ans, avec lequel il écumera fêtes de village et autres dancings. 

 

Puis en 1980, il s'installe à Paris. Il collabore avec : Screamin' Jay  Hawkins, Lionel Richie,  Paul Personne, Carole Fredericks, les Enfoirés,  Linda Gail Lewis, Martha High, Vigon, Ruby Wilson, Ernie Johnson, Franck Ash, Patrick Verbeke, Nina van Horn, Bill Deraime, Greg Zlap, Jesse Garon, Antoine Tomé. 

 

Ses créations : Marty and the Gang (New Orleans rhythm’n’blues) , le Mardi Brass Band,  les Dixie Kings et Me v’là, un spectacle de chansons originales.

 

Avec son Panama et son sax, excellent musicien et chanteur, Didier Marty est l'homme orchestre. Il crée une explosion musicale sur scène et une véritable communion avec le public. (Le républicain lorrain)

 

Un vrai showman, doublé d'un musicien hors pair (La gazette de Greenwood)

 

Didier Marty se révèle être un véritable auteur, ses mots dansent sur des rythmes bien choisis. D’une voix chaude et agréable, il nous entraîne dans des univers où le réel côtoie l’inattendu. Entre mélancolie et allégresse les chansons s’enchaînent sans faille tissant comme le fil rouge d’une passion intense. (Gilles Blampain - Blues Again)

 

Marty a donné un concert-fleuve éblouissant. Originaire d’Issoire, il « remonte la pente » et le temps déplorant au passage la désertification de la campagne française, sans militantisme bêlant, car il a trouvé l’antidote dans la musique en inventant un oxymore : « le Happy Blues » (G.p.-B. Dernières nouvelles d’Alsace)

 

Un artiste génial, toujours dans le bon tempo, excentrique, fusionnel, original et drôle. (Nouvelle République)