ENCORE IDA ENCORE

Paroles et musique : Didier Marty

 

En cuisine c’est panique à bord

Car c’est un jour de mise à mort

Après les olé, les bravos

On s’ tape des tapas à gogo

Maintenant c’est « ola por favor »

Remplis nos verres jusqu’à ras-bord

On va fêter les toréros

Même si ils sont à tort héros

 

Encore Ida encore

Tu cuisines si bien l’encornet

Ceux qui la sauce qui pique adorent

En mangeraient jusqu’à la mort

Encore Ida encore

 

Paraît qu’un jour t’aurais à tort

Enlacé un toréador

Un fâcheux corps à corps Ida

Pour qui est anti corrida

De cette union vite fait sur l’gaz

T’aurais un nino dans la case

De ce matador de Cordoue

Que l’on surnomme El Cordocou

 

Tous les copains se marrent Ida

Depuis que tu es marida

Ton mec c’est pas El Cordobés

L’aurait plutôt un corps d’obèse

Tu nourriras ton fils au lait

Son premier mot sera olé!

Pour aider sa maman plus tard

Il sera pêcheur de calamar

 

Le petit n’était pas encore né

Quand son père s’est fait encorner

C’était un jour de mise à mort

Nos verres étaient pleins à ras-bord

GINA D'GÈNES ET JOHNNY G.

Paroles et musique : Didier Marty

 

Dans un vieux quartier de Génes

Vit la famille Labori

Leur fille Gina une jolie naine

Les a quitté pour l'Australie

Alors chez les Labori d'Génes

On se fait bien du soucis

On imagine Gina la naine

Là-bas dans un si grand pays

C'est dans un vieux bar à Sydney

Qu'un jour elle croisa Johnny G.

Et quand il l'a baratiné

Elle n'y a compris que d'chi

Là-bas on dit queue de litchi

C’est vrai l’accent australien 

Au premier abord y gène

 

Quand Johnny G. joue au didjeridoo

Une sérénade aborigène

Ça fait battre à un rythme fou

Le petit coeur de Gina d’Gènes

Puis Johnny G. le grand gourou

Tombe à genoux devant la naine

Souhaitons un amour des plus doux

Au roi du bush et à la reine

Gina d’Gènes, Johnny G.

 

Les sons des D.J. ripoux

Elle en avait soupé la naine

Mais au son des didgeridoos

Toutes les nuits elle se déchaîne

Quand Johnny G. fait les yeux doux

La plupart du temps il fait mouche

Il sait flairer les bons coups

C’est fou c’qu’on a bon goût dans l’bush

Là-bas dans son école à Gènes

Elle révisait les langues au lit

L'était plutôt goudou la naine

Et maintenant la voilà bi

Au pays des wallabies

COUCOU KOUROU COUCOU

Paroles et musique : Didier Marty

 

Hervé avait la tête en l’air

Il passait son temps à planer

On ne l’a jamais vu en colère

C’est fou ce qu’il était zen Hervé

Hervé rêvait d’aller dans l’espace

On le surnommait la fusée

Malgré sa présence dans la classe

Toute la journée il lévitait

Quand il est devenu ado

Au lieu d’aller à Katmandou

Il a troqué son sac à dos

Contre un billet pour Kourou

Vous allez m’dire pourquoi Kourou

Lui qui n’est jamais en colère

Il va où Hervé, il court où?

Irait-il s’envoyer en l’air

 

Survoler Kourou dans un vieux coucou

En fredonnant coucou Kourou coucou

C’est l’genre de trip qui vaut vraiment l’coup

Coucou Kourou coucou

Et quand par les hublots on fait coucou

Aux jolies doudous de Kourou

Elles répondent en faisant les yeux doux

Coucou Kourou coucou

 

C’est en flânant dans l’vieux Kourou

Qu’il rencontra la belle Maî Lan

Son père venu de Dien Bien Phu

Pilotait la fusée Ariane

Hervé connaissait des mots viets

Vu qu’il pratiquait le Kung Fu

Mais quand il lui compta fleurette

Il fut victime de son courroux

Souvent les filles du Tonkin

On peur qu’on leur cherche des noises

Hervé connaissait le refrain

D’la ton-kiki d’la tonkinoise

Et il lui donna rendez-vous

Afin qu’elle ravale sa colère

Après son cours de shi-atsu

Iraient s’envoyer en l’air?

Hervé épousa MaÏ Lan

Et d’vint pilote de Canadair

Un sapeur pompier de Guyane

Qui tous les jours s’envoie en l’air

DE PRÈS DE LOIN ON FAIT CE QU’ON PEUT

Paroles et musique : Didier Marty

 

L’amour nous rend plus audacieux

De près de loin on fait ce qu’on peut

 

Quand on pratique le distanciel

Pas besoin de geste barrière

Il suffit d’un bon logiciel

Pour tutoyer le septième ciel

Pour s’retrouver en présentiel

On peut attendre le dégel

Mais dès l’accord présidentiel

Vas-y coco soyons charnels

De près, de loin, on fait ce qu’on peut

Ca chauffe à l’heure du couvre-feu

 

Y’en à qui s’aiment de loin

Y’en a d’autres qui s’aiment de près

Y’en à qui s’aiment dans les coins

Y’en à même qui s’aiment pour de vrai

Et quand on fait pas comme on veut

De près, de loin, on fait ce qu’on peut

 

Y en a qui aiment se confiner

Dans la maison jouer à cache-cache

Ou qui préfèrent se chamailler

Les amateurs de l’amour vache

Même quand l’amour est dans le pré

A dix-huit heures, c’est terminé

Faire attention à la clôture

Ou se fondre dans la nature

De près, de loin, on fait ce qu’on peut

Ca chauffe à l’heure du couvre-feu

 

Y en a qui aiment sans concession

Rien ne pourra les arrêter

Ne remplissent pas d’attestation

Ils ont tant de choses à tester

L’amour est une drôle d’addiction

Qui n’supporte pas les restrictions

On s’donne rendez-vous en loucedé

Au risque de se faire gauler

De près, de loin, on fait ce qu’on peut

Ca chauffe à l’heure du couvre-feu

LE FEU SACRÉ

Paroles et musique : Didier Marty

 

Malgré toutes ses taches de son

Ma mère elle est vraiment très chouette

Alors que mon père souvent y bout

Monte en pression pour rien du tout

Mon grand-père était un voleur

On l'appelait le roux pilleur

Facile à repérer un vrai roux

Il a fini sous les verrous

 

Est ce que je suis l'fils à papa?

Franchement on ne le dirait pas

Cette dame est elle ma maman?

A première vue c'est pas flagrant

Tout le monde est roux dans ma famille

J'ai l'air d'un chien dans un jeu d'quilles

C'est une belle bande d'allumés

Mais moi j'm'en fous j'ai le feu sacré

 

Ma soeur a un regard de braise

Et des cheveux couleur de glaise

L'a jamais eu froid aux mirettes

Elle a d'la buée plein les lunettes

Pour mon petit frère j'ai eu de l'espoir

Car il est devenu roux tard

J'lui ai dit quand s'est arrivé

Tu rêvais d'être roux t'y est

 

L'ainé est pelé comme un oeuf

On le surnomme le roi du bluff

Il a plus un poil sur le caillou

Comment quand un roux s'tond sait-on qu'il est roux?

Ma grand-mère était de Châteauroux

Toute la famille lui disait vous

Mais comme ses cheveux étaient teints

Mon raisonnement c'est éteint

C’EST NAZE ARRÊTE

Paroles et musique : Didier Marty

 

Elle m’a pris pour un con, passons

Pas un soupçon de compassion

Sans une preuve d’empathie

D’puis qu’elle est parti, j’en pâtis

Et s’il vous plaît, soyez fair-play

N’remuez pas l’fer dans la plaie

Ne prononcez plus le mot « aime »

Fini les « aime », c’est bête les « aime » 

 

C’est bête les « aime »

C’est naze arrête

Même si j’eus des idées quelque part

Ca m’est égal il est trop tard

 

Ne m’en veux pas, j’ai pas d’estime

Pour ton amour de Palestine

Ce mec-là swingue comme un cantique

Son look est vieillot, presqu’antique

T’as beau jurer sur la Torah

Les torts à cent pour cent t’auras

Attester sur le testament

Vous êtes sans conteste amants

 

Quand je pense à l’amant, tension

Je murmure des lamentations

C’est tout nouveau j’l’ai appris hier

Mais ce soir je fais la prière

Ils s’marieront en Israël 

Et pour le coup, il s’ra à elle

Et ce jour-là, il faut qu’tu m’crois

Sur elle je mettrai une croix

LA MÉTISSE DE CAMBRAI

Paroles et musique : Didier Marty

 

Quand la métisse de Cambrai

Danse la béguine, le tamouré

Ses reins sont joliment cambrés

Sous les regards énamourés

De tous les gars du quartier

 

Papa est né au cap gris-nez

Et maman chez les vahinés

Une authentique vahigrinée

La métisse de Cambrai

N’a pas froid aux yeux la métisse

Mais n’y voyez pas de malice

Elle prend plaisir à s’exhiber

Une vahigrinée c’est gonflé

 

C’est à Dunkerque au carnaval

Qu’elle rencontra l’homme idéal

Un fameux lanceur de harengs

Au physique hilarant (hilarant)

Il la rend dingue, elle perd le nord

Pour ce jeteur de hareng saur

Elle qui était ch’ti à moitié

A présent l’est complètement j’tée

 

Dans l’nord que l’on soit brun ou blond

On se lève tous pour le houblon

Mais pour c’qui est de la béguine

L’ami de la métisse piétine

Paraît qu’ ses frères l’appellent Rocco

Est-ce à cause de ses biscottos

Ou parce qu’on dit dans la chambrée

Qu’il est de loin le mieux membré

SALVE RETSINA

Paroles et musique : Didier Marty

 

J’ai l’habitude quand j’fais la fête

Que ma soeur Alice paie mes dettes

Y ‘a pas d’souci pour l’addition

Alice assume mon addiction

Ici on fait des chromes aux hommes

On peut picoler no limit

C’est open bar ou c’est tout comme

C’est ma bonne soeur qui carme les lit’

 

C’est la fête à, c’est la fête à la taverna

On s’gargarise de retsina

Tout en souhaitant qu’Alice paiera 

Salve retsina (bis)

 

Quand je suis vraiment saoul v’là qui?

Alice acquise à la bonne cause

Qui va raquer tous mes rakis

C’est beau la famille, ça s’arrose

Mais c’qu’Alice donna n’suffit pas

Et dans ce cas-là t’as l’air niais

On frise la beretsina 

Vu la colère du tavernier

 

Eh, s’il vous plait, parakalo

Juste un petit verre à vot’ bon coeur

J’ai l’patron d’la baraque à dos

Ma soeur est au distributeur

Alice est arrivée, sans s’presser

A vélo avec les lovés

Et nous comme elle avait l’affront lavé

Tous ensemble on s’est levé

 

Besame l’ouzo (bis)

Celui qui aime la mousse a qu’à

Boire de la bière

FERNAND, C'EST UN ENFER

Paroles et musique : Didier Marty

 

Bien qu'il vive à Clermont-Ferrand

Il n'est pas très clair mon Fernand

Avec son clairon en fer blanc 

Son ronclé en reuf en verlan

Il est né au pied d' un volcan 

Ce fils du métal et du vent

 

Fernand c’est un enfer (nanfer, nanfer)

Qu’est ce qu’on peut bien en faire 

(nanfer, nanfer)

De Fernand

 

Quand son clairon en fer a des r’lents

Son frère Raymond qu'est clair et franc

Lui dit nous t' réclamons fermement

Sur c' coup avec la mère on fait clan

De cesser ces sons indécents

Car ces sons non d'un chat sont perçants

 

Maintenant tout s'éclaire mon Fernand

Tu vas devoir ton clairon faire sans

Car nous le flairons clair’ment

La tension c'est très clair mont' d'un cran

La mère dit à Raymond méfiant 

Mon fils confisquons l'instrument

 

Quand je pense à Fernand

 

Cette fois-ci mes très chers fermons l’ban

Pardonne moi Lucifer d'mon élan

Brandissant son clairon fièr’ment

D'vant la mère et l'frère

Comme deux ronds d’flan

Il balance son objet en fer blanc 

Dans l'cratère en fusion du volcan

IL EST GRAND LE MYSTÈRE DE LA SOIF 

Paroles et musique : Didier Marty

 

Il est grand le mystère de la soif 

Allez lou-ou-ou-oufiat 

Allez loufiat remet nous ça (bis) 

 

Quand on est deux dans un bistrot
On ne dit jamais bis trop tôt
Quand on est trois pour nous faire taire 

Y a pas d’mystère il faut faire ter 

Quand on est quatre, on dit quater 

Et puis on boit un coup à terre
Quand on est cinq, on dit quinquies 

C’est au tour de quelqu’un, qui est-ce? 

 

Quand on est six, c’est sexies
Pour pas finir à sec, say yes
Quand on est sept, on dit septies
A boire pour tout l’monde dans cette pièce 

Quand on est huit on dit octies 

C’est la moindre des politesses
Quand on est neuf, on dit nonies
On boit à la santé d’nos nièces 

 

Quand on est dix, on dit décies
On en est à dix fûts, dix caisses
Quand on est onze j’dis undecies
Au cas où un indécis cesse
Quand on est douze comme les apôtres 

On dit patron r’mettez la vôtre 

A l’heure où tout le monde a des doutes 

J’en r’mets une dernière pour la route